En France, le variant anglais (VoC 202012/01) est le plus présent, selon Santé publique France. Les suspicions quant à sa présence en Hexagone représentent 81,9% des cas positifs. Plus contagieux que la souche classique, il est responsable de l’augmentation des contaminations en France. Les symptômes du variant Anglais sont les mêmes que ceux du virus de base : fièvre, courbatures, toux, maux de gorge et fatigue. A la différence que plus de malades ressentent les symptômes.

Comme ailleurs, la France aussi a son variant : c’est un Breton. Le “B.1.616” serait difficilement détectable par voie nasopharyngé. Toutefois, rien n’indique qu’il serait résistant aux vaccins ou plus dangereux. A ce stade, ses caractéristiques sont peu connues.

Le Californien et le Belge, plus contagieux

L’un des premiers variants connus est le Californien. Il a été détecté pour la première fois en juillet 2020. Depuis, il a continué sa course. On le trouve désormais en Alsace. Connu sous le nom de “L452R”, il serait “hautement transmissible”, selon les experts américains. Pour l’instant, les caractéristiques de ce variant sont encore à l’étude.

Le “B.1.214”, comme on peut l’appeler, a été détecté par l’Université de Liège, en Belgique. Ce variant est aussi présent dans d’autres pays européens. Par ailleurs, il n’est pas plus contagieux ni plus virulent que le virus de base.

Brésiliens et Sud-Africain, les plus redoutés

Le variant Sud-Africain (501.V2) est le deuxième variant détecté. Par ailleurs, il est plutôt proche de la souche anglaise – très présente en France – et aurait subi les mêmes mutations. “Il n’y a pas d’explication pour l’instant. L’une des hypothèses avancées est que l’Afrique du Sud est l’un des pays les plus touchés par le VIH, donc avec davantage de patients immunodéprimés, a expliqué Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sur France Info en janvier dernier.

Plus récemment, le variant Brésilien, “BR-P1”, inquiète les autorités françaises. En effet, “un risque d’extension du variant BR-P1 doit être pris en compte durant l’été 2021“, note le Conseil scientifique dans ses conclusions. Si sa circulation est encore minime en Hexagone, elle progresse fortement en Guyane, département frontalier avec Brésil.

Le virus Indien, le petit nouveau

Nommée “B.1.617” ou “variant indien”, cette nouvelle mutation serait la conséquence de plusieurs variants. Elle pourrait être plus contagieuse et causer des infections. “On sait qu’il est associé à l’explosion actuelle que subit l’Inde, mais il est toujours compliqué de distinguer cause et conséquence. Toutefois, certaines des mutations qu’il porte ont été décrites dans d’autres lignées de variants et pourraient être associées à une contagiosité plus élevée voire à un échappement immunitaire“, explique Samuel Alizon, directeur de recherche au laboratoire maladies infectieuses et vecteurs du CNRS au Huffington Post.

The post Breton, Indien, Brésilien… Quels sont les nombreux variants du Covid-19 ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu