Et s’il suffisait de respirer pour se sentir bien ? Apparue il y a une vingtaine d’années aux Etats-Unis et évoquée pour la première fois en France par le docteur David Servan-Schreiber dans le livre Guérir,en 2003, la cohérence cardiaque repose sur des principes très simples. Et sa pratique a des effets bénéfiques que l’on peut ressentir dès la première séance.

Un concept universel et abordable

3-6-5. Ce sont les trois chiffres à retenir avant de vous lancer dans la pratique de la cohérence cardiaque. Trois fois par jour, six respirations par minute pendant cinq minutes. Pour cela, pas besoin de matériel. La position assise avec le dos droit et les pieds sur le sol est recommandée, mais vous pouvez aussi vous tenir debout pour effectuer ces respirations profondes. En revanche, évitez la position allongée, car elle modifie la pression artérielle. Inspirez sur cinq secondes, puis expirez sur cinq secondes pendant cinq minutes. Et c’est tout. Pour les premières séances, vous pouvez vous aider d’un guide qui décompte les inspirations et expirations (disponible sur YouTube ou en téléchargeant une application dédiée).

« Je conseille de s’exercer au lever, avant le déjeuner et en rentrant du travail le soir, quand on met ses pantoufles,indique Thierry Thomas, responsable du pôle santé des Thermes de la Léchère (Savoie), auteur de Je me sens bien avec la cohérence cardiaque (éd. Leduc.s, 18 €) et créateur de l’application Res-pirelax+ (disponible gratuitement sur Google Play et l’App Store). Faire soit du sport, soit de la cohérence cardiaque rééquilibre le système nerveux pour bien démarrer la journée. Avant les repas, les exercices de respiration permettent d’éviter de se jeter sur la nourriture. Le soir, cela nous permet de laisser le stress de la journée derrière nous et de se laisser aller vers le sommeil. »

Un équilibre global

Pas besoin de vous préoccuper des éventuelles contre-indications, il n’y en a pas. Au pire, réguler sa respiration sera inutile pour les porteurs de pacemakers, par exemple.

Cette pratique permet d’équilibrer le système nerveux autonome, qui gère tout ce qui n’est pas conscient dans le fonctionnement de notre corps comme la digestion, les sécrétions hormonales ou encore les battements cardiaques.

La cohérence cardiaque aide également à rétablir l’équilibre au sein du système nerveux entre le système sympathique, très sollicité dans nos modes de vies actuels, qui nous prépare à l’action, et le parasympathique, utile pour la récupération. Les faire fonctionner en harmonie diminue le stress et les pathologies qui y sont associées en envoyant un message de calme au cerveau.

« Les inspirations et les expirations de cinq secondes sont une sorte de leurre qui indique à l’organisme que tout va bien,explique Thierry Thomas. Cela permet d’atteindre un état physiologique d’ équilibre qui recentre le système nerveux autonome. La cohérence cardiaque met de l’huile dans les rouages, en quelque sorte. »

En réduisant le stress, cette pratique facilite l’endormissement, diminue la douleur (des validations cliniques l’attestent) dans le cas de la fibromyalgie par exemple. L’équipe de France de ski et le champion olympique de natation Florent Manaudou l’utilisent également pour augmenter leurs performances, en visualisant les moments de stress.

Néanmoins, pour en mesurer les effets à long terme, notamment sur la gestion des crises d’angoisse, il faut être régulier dans sa pratique, parce qu’une séance n’a d’impact que quelques heures après l’exercice.

Cet article a été publié dans le magazine Nous Deux numéro 3858.

The post La cohérence cardiaque, un précieux allié antistress first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu