Après plusieurs mois de discussion, les États-membres de l’Union Européenne sont parvenus à un accord sur le “certificat vert numérique” à ne pas confondre avec le “pass sanitaire” français, le 20 mai dernier.

L’accord devra être approuvé par le Parlement lors de la prochaine plénière, prévue du 7 au 10 juin à Strasbourg. Ce certificat européen devrait entrer en vigueur le 1er juillet, selon une annonce du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à RTL.

A quoi servira ce certificat vert ?

Ce document digital permet “une facilité de circulation au sein de l’Union européenne” et des “relations intra-européennes”, a expliqué le ministre. Il ne sera pas obligatoire pour voyager. Toutefois, les personnes munies du certificat vert numérique pourront voyager dans l’Union européenne sans restriction. En dehors des 27 pays de l’UE, vous pourrez vous rendre en Suisse, en Norvège, en Islande ou encore au Liechtenstein.

Pour l’obtenir, vous devrez remplir l’un de ces trois critères : être vacciné, présenter un test  (PCR ou antigénique) négatif ou avoir récemment guéri du virus. Les informations seront vérifiées via le QR code qui vous sera attribué. Gratuit, le certificat vert sera disponible sur l’application TousAntiCovid. Vous aurez aussi la possibilité de l’obtenir en format papier.

Les cas où le certificat vert pourrait être refusé

Les États-membres européens seront obligés d’accepter le certificat vert. Un pays pourra néanmoins refuser de certifier une vaccination dans le cas où l’injection aura été faite avec un produit non-autorisé par l’Agence européenne du médicament (AEM).

Par exemple, les personnes vaccinées avec le sérum Spoutnik-V ne pourront pas bénéficier du certificat pour rentrer en France. En revanche, les vaccins Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen sont autorisés par l’AEM.

The post Covid-19 : le “certificat vert” entrera en vigueur le 1er juillet first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu